« ACCOMPAGNER la vie par LA VIE »

publié le samedi 29 août 2015

Pour un coaching inspiré de l’Art de l’écoute

Quand tous les fondamentaux du coaching sont mis à mal par la compréhension en cours d'actualisation d'un Enseignement, celui du yoga de la non dualité transmis par Eric Baret, que reste-t-il ?

Voici un essai de réponse sous forme d’auto-dialogue entre une coach qui s’accroche à ses repères et une élève de yoga qui lâche progressivement ses certitudes.

Curieusement,  l’élève de yoga continue d’exercer ce métier, car « quelque chose » qui n’est pas une chose est toujours là, vivant, dans cet espace sans réponse vraiment satisfaisante.

 

-Peut on avoir un objectif ?

-non il n’y a Rien à penser …

-ça commence mal !

-Parce que l’objectif c’est le futur, pourquoi attendre demain ??

Parce que l’objectif, c’est l’appropriation d’un objet, une création mentale que JE s’approprie, et Je va désormais focaliser dessus, au détriment d’une vision globale des situations, l’objectif, c’est une vision fragmentée.

 

-ET l’engagement au travers du contrat de coaching ?

L’engagement contractuel n’est pas réaliste, car je suis dans un espace de non-savoir …c’est comme pour le mariage, il y a résonance (ou pas), s’il y a résonance, le coaching fonctionnera.

 

-Y a-t-il un résultat à attendre ?

-Pas d’enjeu, pas de réussite, pas d’échec … car tout est apprenant ! Et pas de place pour la glorification personnelle (c’est le prix à payer pour ne plus souffrir de l’autre polarité qui est l’échec) … DU JEU

D’ailleurs il n’y a rien à attendre, plutôt apprendre à écouter la vie …

 

- S’il n’y a pas d’objectif, alors que deviens le coaching ???

Un accompagnement pour quoi ?

- plutôt Un accompagnement par quoi ? Y a-t-il accompagnement ? Relation d’alliance ?? Qui guérit qui ? La résonance va être thérapeutique pour les deux personnes, c’est l’espace qui va ouvrir, c’est le silence qui va agir …le « eurêka » surgir …la disponibilité est là …

 

Finalement, par sa manière d’être, le coach installe un cadre de disponibilité véritable : sans objectif, sans délai ! C’est ça le contrat de coaching !!! Tout est ad hoc !!

 

_ Et le changement ?

Si je comprends que mes limites ne me limitent pas, il n’y a rien à changer, quel soulagement ! Cette énergie jusqu’alors tenaillée, va être disponible pour l’action spontanée et des changements auront lieu à l’insu de la personne.

 

-Quel est le rôle du coach ?

Le rôle du coach est par exemple de voir quand il veut quelque chose pour le coaché, quand il veut que le coaching marche, quand il pense en savoir plus que le coaché,  vaste programme !!!Le coach est condamné à une laborieuse exploration de ses propres mécanismes intérieurs et c’est par l’expérience acquise qu’il pourra véhiculer une aide à la libération des conflits.

 

_Comment se passent les séances ?

La tranquillité est déjà là, disponible, donc partant de là, cela va être possible d’écouter les difficultés qui vont s’exprimer… tout va jaillir, et c’est la vacuité qui va libérer.

La toile de fond c’est d’Ecouter la vie et notamment une de ses expressions que sont les émotions. Et les émotions vont être écoutées comme des sensations corporelles qui naissent et meurent.

 

Il n’y a que le présent, et l’invitation sera d’y regarder différemment les images du futur qui sont présentes … les visualisations vont alors agir en déprogrammation, à condition de « sentir » bien sûr.

 

Il n’y a qu’espace sans distance et, ce qui est lointain va pouvoir prendre place dans ce creuset de disponibilité … la localisation va disparaitre … le ressenti pourra se projeter dans un ailleurs, dans d’autres personnes, des jeux de rôle pourront être joués.

 

 

ET tout Cela devient une forme de méditation sans personne pour méditer…

Et si la moindre ouverture se crée pendant un entretien, pour soi comme pour l’autre, même pendant un court moment, une perspective autre traverse l’intuition et on se dit que « ça vaut la peine » ….


source : Approche non duelle du Cachemire transmise par Eric Baret-

Un point sur l’odorat, avec gratitude

publié le mercredi 09 avril 2014

par Elisabeth Molina

Olfactocoach et olfactothérapeute, j’utilise les propriétés des huiles essentielles en olfaction dans le cadre de séances pour accompagner les personnes en fonction de leurs besoins.

 

Selon moi, une des forces de l’Olfactothérapie créée par Gilles Fournil en 1992, a été de combiner les vertus de l’odorat avec celles des huiles essentielles au service de la thérapie.

Donner une place aux odeurs et à l’odorat en coaching aura été une aventure merveilleuse que j’ai eu la chance de vivre et qui continue de s’enrichir en co-création entre Gilles et moi-même.

 

Parlons ici de l’odorat.

 

Finalement notre nez « au milieu de la figure » en dit long (comme Pinocchio) et plutôt que de se « laisser mener par le bout du nez », si nous prenions le temps de l’écouter ?

Les expressions populaires ne manquent pas.  Les verbes tels que humer, flairer, pressentir, subodorer, évoquent Hercule Poirot.

 

Mais l’odorat est un sens très poétique.

Et les poètes, les écrivains ne s’y sont pas trompés. Maupassant ne « savait pas vraiment s’il respirait de la musique, s’il entendait des parfums ou s’il dormait dans les étoiles », tandis que Baudelaire relevait

« Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants, doux comme les hautbois, verts comme les prairies,-et d’autres, corrompus, riches et triomphants, ayant l’expansion des choses infinies, comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens, qui chantent les transports de l’esprit et des sens. »

L’odorat est un sens beaucoup plus subjectif que les autres sens : nous sommes encore loin d’avoir percé le mystère de l’alchimie d’un parfum qui, bien qu’éphémère, impalpable, agit au plus profond de nous.

« Notre langage ne vaut rien pour décrire le monde des odeurs » affirme Patrick Süskind (Le Parfum).

Ainsi est-il nécessaire de trouver des associations concrètes pour permettre le décodage d’une odeur, c’est ce que les parfumeurs appellent le portrait chinois d’une odeur, sa couleur, sa forme, sa musique, un lieu, une personne, ses évocations …

 

L’odorat est attirant et fait peur à la fois, c’est le sens le plus délaissé dans notre société qui a privilégié la raison et le mental.

Car l’odorat est aussi un sens très primitif et relié au vivant. Il servait à nous avertir du danger comme aux animaux. D’où sa connotation animale, négative, primaire.

Les senteurs nous ouvrent aussi le chemin d’une mise en appétit qui provoque le réflexe d’agir en suscitant la prise de décision : c’est bébé qui rampe vers le sein de sa mère, alléché par l’odeur. L’odorat participe d’une forme d’éveil à soi-même car les effluves nous parlent et sont des repères qui nous attirent ou nous repoussent si « cela ne sent pas très bon ».

Inversement, nous pouvons être piégés par le marketing olfactif dans les lieux commerciaux actuels.

A l’origine, l’odorat servait encore à trouver le partenaire qui allait servir à perpétuer l’espèce. Les phéromones sont des signaux olfactifs émis par un individu pour attirer l’attention.

Les papillons répondent à l’appel de leur partenaire à une quinzaine de km de distance.

L’influence des odeurs n’est pas toujours consciente mais elle reste primordiale.

 

Notre relation émotionnelle face aux odeurs est complètement liée à nos souvenirs affectifs. Le sens de l’odorat se trouve au carrefour de nos émotions et de notre mémoire.

L’odorat est le seul sens qui fait d’abord le trajet de l’émotion (j’aime/ j’aime pas) puis va vers reconnaissance (c’est l’odeur de lavande) car le signal ne passe pas par le diencéphale (schématiquement : le mental qui tri).

C’est l’odeur de la madeleine trempée dans du thé ou de l’infusion de tilleul de Proust qui provoque un changement d’humeur immédiat.

Autrement dit, l’odorat est en liaison directe avec le cerveau limbique, cerveau archaïque siège de nos instincts et émotions, de la motivation et de la mémoire. Le message sera ensuite réparti vers le cerveau reptilien (instincts) et cognitif (raisonnement, créativité).

La mémorisation des odeurs dépend de notre vécu et leur stockage se fait en association avec des images, des sons, … La mémoire olfactive est liée à l’affect mais ne possède pas d’association sémantique objet/mot. Les psychologues appellent ce phénomène « le syndrome de Proust ».

 

Reste que notre perception des odeurs est unique. Et qu’une même odeur peut être perçue différemment par la même personne à des moments différents.

Les cils olfactifs qui sont les récepteurs des molécules odorantes se renouvellent toutes les 24H et sont différents entre eux. Ils varient en nombre et en sensibilité d’un individu à l’autre dès la naissance.

Ces constatations s’enrichissent au regard des recherches récentes qui démontrent que d’autres organes possèdent des récepteurs olfactifs, à savoir les poumons et le cœur : « il n’y a pas que le nez qui a de l’odorat » (Agnès Roux, Futura-Sciences).

 

Voilà pourquoi, fondamentalement, l’odorat est un outil de perception de soi, de son mode de fonctionnement , de ses besoins, désirs profonds, de sa motivation, éléments souvent inconscients, bref une mine d’or, trop souvent délaissée car difficile à appréhender.

« La raison d’être des odeurs est de nous faire sentir ce qu’il y a au delà du visible et des apparences » nous dit Gilles Fournil.

 

Il est vrai aussi que la subtilité de l’odeur nous permet d’entrer en contact avec la subtilité de notre être, créant un pont vers notre âme, vers une réalité qui dépasse notre existence individuelle, une dimension plus universelle et sacrée.

Cette connaissance est vieille comme le monde, que l’on évoque l’époque des pharaons, la culture indienne ou la tradition chrétienne. L’odorat fait partie des sens intérieurs qui nous aident à franchir la barrière du monde et de la matière dense.

La fumigation a été utilisée depuis les débuts de l’humanité à l’occasion des rituels ou des cérémonies religieuses en tant que rappel et expression d’une divinité omniprésente. Les substances odoriférantes avaient pour but d’aiguiser les sens des hommes, de modifier leurs perceptions et de les amener vers un état de conscience éclairée.

Le parfum était la manifestation du divin sur terre, un lien entre l’homme et les dieux.

 

Selon moi, ce n’est pas un hasard s’il n’y a pas ou si peu de mots pour décrire une senteur.  L’odeur nous invite à être, tout simplement et à apprivoiser peu à peu cet espace vide d’objets et de connu.

 

Merci aux odeurs, aux parfums, aux nez, à Gilles Fournil et ses nombreux partages sur www.olfactotherapie.com

Eloge de la fausse note

publié le mardi 11 février 2014

Marc Vella

Marc Vella est un pianiste nomade qui partage avec les personnes sa passion en leur permettant de vivre un moment de pur bonheur en jouant du piano avec lui, qu'elles soient débutantes ou non.

De la fausse note (prise de risque) nait le lâcher prise nécessaire à l'émergence de l'inspiration,

une invite à y aller !!!!!

osons les fausses notes dans nos vies !

Les saisons du yoga de Barbara Litzler

publié le dimanche 24 novembre 2013

L'art de vivre en yoga , au fil des mois

Voici la citation pour le mois de novembre que l'auteur propose :

"Le même fleuve de vie qui court à travers mes veines nuit et jour court à travers le monde et danse en pulsations rythmées."

Rabindranath Tagore, L'offrande lyrique

parfums

publié le vendredi 08 novembre 2013

des rencontres déterminantes ces dernières années

La fin de l'automne, la période des bilans, le retour d'un stage de yoga avec Eric Baret, me voilà d'humeur à souligner l'importance dans mon métier aujourd'hui de certaines rencontres.

Aujourd’hui, il y a donc le parfum de ces dernières rencontres déterminantes dans mon parcours, celle de Timoté, petit garçon autiste. En sa présence, pas de faux semblants, seule une véritable écoute et puis la nécessité de lâcher l’intention pour l’autre pour apprécier le moment présent.

Bien sûr, Gilles Fournil, pour sa confiance, sa supervision bienveillante de ma pratique, sa joie de vivre et l’ouverture au monde invisible des perceptions sensorielles, des senteurs et des huiles essentielles.

Enfin la rencontre décapante avec Eric Baret en novembre 2011, avec ce genre d’évidences qui résonnent depuis dans ma pratique : « on accompagne personne, on accompagne la Vie », avec ce goût si profond de l’essentiel que certains Etres seuls vous laissent quand vous les quittez…

Je vous laisse deviner les senteurs correspondantes, à chacun son imaginaire !

L'automne, saison de l'odorat

publié le lundi 30 septembre 2013

faire le plein d'odeurs pour l'hiver !

Toutes les forces de vie suintent à présent les fruits de la terre saturés d'odeurs.

La nature dispense une multitude de parfums propres à développer notre odorat.

Odeurs des champignons, de la mousse, des sous-bois, des fruits mûrs, de la terre humide après la pluie, des dernières figues, des coings, des pommes ...

Les odeurs nourissent le corps en participant à fortifier les poumons. Le nez est appelé en médecine chinoise "l'orifice du poumon".

Les odeurs nourissent l'âme en attendant l'hiver ...

-

publié le mercredi 18 juillet 2012

-

"L'amour dit : je suis toute chose

La sagesse dit : je ne suis rien

Entre les deux, ma vie coule."

source : Nisargadatta MAHARAJ

"L'olfactocoaching"

publié le mercredi 11 juillet 2012

rencontre du coaching avec l'olfactothérapie

Depuis que j'ai terminé ma formation avec Gilles Fournil et commencé à pratiquer cette magnifique discipline qu'est l'olfactothérapie, cette dernière a commencé à s'infiltrer dans mes accompagnements coaching et il devient naturel pour moi de considérer les huiles essentielles comme des partenaires de la transformation.

D'abord notre relation aux odeurs des HE nous renseigne directement et sans passer par le mental, par exemple sur notre façon d'être ancré, confiant, motivé pour un objectif , un projet; sur notre façon de libérer nos désirs et notre élan vital; sur notre relation au pouvoir,à l'argent,  à la coopération, à la compétition, notre identité sociale et notre place.

Les odeurs archétypales sont donc de puissants alliés dans la phase de diagnostic d'une problématique complexe vécue par le coaché.

Mais ce n'est pas tout : les odeurs des HE peuvent renforcer certaines prises de conscience et agir comme une ancre (en PNL), elles peuvent aussi aider à exprimer ce qui est important, calmer ce qui en a besoin, ...,bref, agir comme des partenaires à part entière de la transformation du coaché, y compris en suivi chez lui.

C'est comme si l'odeur permettait à la plante avec tout ce qu'elle apporte de son milieu naturel (vision quantique) d'entrer en relation avec la force de vie de l'organisme du coaché, avec "son prince" comme le dirait Vincent Lenhardt.

Une alliance des princes à 3 !

un livre magnifique !

publié le mercredi 14 mars 2012

Le silence guérit - Yolande Duran-Serrano et Laurence Vidal

Une ancienne journaliste interviewe au fil du temps Yolande habitée par le Silence et se laisse peu à peu gagner par la magie de ces rencontres.Un silence plein, tranquille, une manière d'être au monde empreinte de légèreté et de simplicité.

Comment parler de ce qui est indicible ? 

Ce livre que mon amie Dominique m'a fait découvrir m'a touchée et m'a donné l'envie d'écrire ... 

Pour information, Yolande organise des rencontres sur Annecy (prochaines : 24 et 25 mars 2012), voir sonsite internet www.dsyolavie.org

Un lieu porteur pour vous recevoir

publié le samedi 16 juillet 2011

sur Pélissanne 13330, entouré de Nature

J'ai choisi de faire un blog afin de vous permettre de visiter mon lieu d'accueil et mes dernières trouvailles en terme d'exploration personnelle (senteurs, parfums bien être ), L'harmonie qui y règne me touche chaque jour un peu plus


site internet :  http://monalisacoaching.over-blog.com

Soyons décidés ! et tranquilles ...

publié le jeudi 17 février 2011

extraits d'Osho- la pleine conscience

Face aux hésitations que nous pouvons ressentir, voici ce que nous rappelle Osho.

Puissiez vous être inspirés par ces quelques phrases, comme je l'ai été.

A vous,

"C'est la nature du mental que d'être dans l'incertitude.C'est sa nature d'être entre deux pôles opposés.

Avec la pleine conscience, la vigilance, on agit avec totalité, sans hésitation ni repentance.

Vous dépassez les polarités, vous réalisez que les polarités n'apparaissent comme telles que lorsque vous êtes dans le mental. Si vous êtes hors du mental, vous serez surpris de voir qu'elles sont en réalité deux faces d'une même pièce.En fait, il n'y avait aucune décision à prendre. Vous agissez avec clarté, totalité et en lâcher-prise. C'est l'existence qui décide pour vous. "

A lire cet été pour apprendre à ressentir et bien plus que ça

publié le mardi 03 août 2010

De l'abandon - Eric Baret

Voici un échantillon de la tonalité : "Penser est  la peur de sentir, c'est une compensation. Je me raconte une histoire, malheureuse ou heureuse. Tout plutôt que de sentir."

Les entretiens "garantie déroutants " issus de la tradition non dualiste et consignés dans ce livre sont une invitation à nous abandonner humblement à la vie, à remettre en question toutes nos idées et conceptions du monde,

Bref de quoi remettre les pendules à l'heure !

 

A propos des odeurs,

publié le mardi 03 août 2010

Quand les huiles essentielles nous accompagnent ...

En cours de formation avec Gilles Fournil, créateur de l'olfactothérapie, je ne peux m'empêcher de témoigner de la puissance d'un sens oublié dans notre société : l'odorat ;

L'intérêt c'est de faire remonter du corps à la conscience ce qui est important pour nous, en ce moment même.

Pas de longs discours ni  d'analyses prise de tête,

Par exemple, saviez vous que l'odeur de l'eucalyptus est reliée à la créativité, la sauge à l'expression verbale ?

A suivre donc ..

source : le site de Gilles Fournil


site internet :  http://www.olfactotherapie.com

Ras-le -bol et tasse de thé

publié le jeudi 13 mai 2010

devant les heurts de la crise

La crise, le contexte économique peut générer des "ras-le bol": peur du changement, conflits, attentes, dépendances, etc ...plus de la même chose et plus du même résultat : le bol déborde ?

Alors que faire ? que choisir ? se rassurer ? compenser ? se protéger ?

Il est une voie autre que Guy Corneau appelle la voie de l'essence individuelle et que j'ai envie de partager avec vous aujourd'hui particulièrement en pensant à mes clients et aux autres aussi.

C'est la voie des élans, des goûts, des dons des talents, de l'expression d'un idéal, de la joie et du plaisir.

Au fait, c'est quoi votre tasse de thé ?

L' AMOUR DE SOI

publié le samedi 08 mai 2010

Et si la femme prenait sa vraie place ? dans le couple, dans la famille, dans les entreprises, dans le monde ?

Je rentre chez moi, remplie d'une rencontre constructive avec Sandrine Teissier, responsable du cabinet  Cap Révélation spécialisé en image et je brûle de griffonner quelques lignes.

Face au climat morose, et oui, que se passerait-il si la femme se mettait à pleurer ?

Se mettait à laisser aller ce qu'il y a au fond : l'essentiel du moment ?

Permettre de voir et de vivre la vie différemment : avec plus de couleurs, plus de jeu, plus de formes, plus de sensualité...

Et si tout cela commençait par des gestes d'amour pour soi, pour son corps, pour son être ?

Je suis convaincue que réapprendre à prendre soin de soi fait parti du chemin de la femme pour retrouver sa vraie place.

Celle qui fera du bien aux hommes aussi.

Qui trouveront la leur.

Oui, nous allons bâtir et proposer une prestation en ce sens, qu'en pensez vous ?

J'accueille vos idées, votre vécu, votre partage.


site internet :  http://www.cap-revelation.com

à propos des émotions ou des situations répétitives

publié le lundi 26 avril 2010

De la lucidité, du courage et de la patience !

A mes clients et mes amis, je dédie ce poème que je trouve très parlant. Aux futurs clients qui vivent cela, n'hésitez pas à vous faire aider, le coaching favorise les passages.

"Autobiographie en cinq actes

1. Je descends la rue.

Il y a un trou profond dans le trottoir :

Je tombe dedans.

Je suis perdu... je suis désespéré.

Ce n'est pas ma faute.

Il me faut longtemps pour en sortir.

2. Je descends la même rue.

Il y a un trou profond dans le trottoir :

Je fais semblant de ne pas le voir.

Je tombe à nouveau dedans.

J'ai du mal à croire que je suis au même endroit,

Mais ce n'est pas ma faute.

Il me faut encore longtemps pour en sortir.

3.Je descends la même rue.

Il y a un trou profond dans le trottoir :

Je le vois bien.

J'y retombe quand même...c'est devenu une habitude.

J'ai les yeux ouverts

je sais où je suis

C'est bien ma faute.

Je ressort immédiatement.

4.Je descends la même rue.

Il y a un trou profond dans le trottoir :

Je le contourne.

5.Je descends une autre rue..."

source : poème de Portia Nelson cité par Sogyal Rinpoché

un artiste accompli

publié le dimanche 28 mars 2010

concert au Dôme Marseille de M

Juste envie de vous témoigner ce plaisir immense partagé avec environ 6000 personnes de vivre un concert d'équipe, traduction de l'art dans toutes ses dimensions : musicale bien sûr, esthétique, sensitive, poétique, spirituelle, totale, décalé ...

Pas de frontières avec le public,

Un moment de grâce, Merci et bravo Matthieu !

Espérons que tu continueras longtemps à être toi-même et à semer l'Amour autour !

visions sur la créativité

publié le dimanche 21 mars 2010

en lien avec l'atelier que j'anime le 30 mars pour le Phare

"il est clair que la créativité émane de quelque chose qui monte, déferle, se soulève, se déverse, plutôt que de quelque chose qui resterait là à attendre que nous trouvions." (Clarissa pinkola-Estès)

"la créativité, c'est le processus par lequel on traduit dans la matière ce qui nous habite" (Anne-Marie Jobin) et "Nous avons tous et toutes un grand potentiel de créativité puisque nous sommes vivants."

"La créativité est la force sous-jacente de l'adaptation, du changement et de l'évolution" (IFPNL)

Pour thomas Edison "le processus d'invention, c'est 1 % d'inspiration, 99% de transpiration"

Heureusement aussi il y a la politique des petits pas et je constate chaque jour avec mes clients qu'ils favorisent le passage de l'idée créative à l'action créatrice...

ateliers de coaching

publié le mercredi 03 mars 2010

du nouveau !!!!!

Après avoir animé cette année pour la faculté d'Aix en provence une série d'ateliers sur "ma motivation, prendre en main mon parcours d'études" je propose avec plaisir à des associations, des entreprises, des particuliers en fonction des demandes, des ateliers toujours plus ludiques et "déclencheurs"..;

thèmes abordés : échangeons nos recettes anti-crise, découvrir le coaching, la créativité, la prospérité, nos projets, prendre un virage, franchir le cap de la création d'entreprise.

durée des ateliers : entre 1H30 et 3H00

point de départ : un échange sur vos besoins !

partenariat avec ACCEDE Provence

publié le mercredi 03 mars 2010

un soutien aux créateurs d'entreprise de la région

Monalisacoaching vient de jeter les bases d'un accord de partenariat avec l'association d'Euromed.
Il s'agit de proposer une série d'ateliers de coaching pour accompagner les créateurs ou futurs créateurs d'entreprise, de participer à certains évènements comme le Phare, les cafés créa ...

Merci à Vincent et

A suivre donc ...


site internet :  http://accede-provence.com

monalisacoaching dans le réseau uneportouverte

publié le samedi 30 janvier 2010

autour du bien être

Monalisacoaching participe à la création de ce réseau de spécialistes pluridisciplinaires du bien être dont la vocation est de créer des évènements dans le pays salonais et aixois.

Avec :

Fabienne - conteuse- 06 68 01 14 48, Noelle- réflexologie plantaire- 06 64 30 67 48, Evelyne- coaching nutritionnel- 06 19 80 07 27, Catherine-conseillère feng-shui-06 89 77 77 11 et Natalia- décoration agencement d'intérieurs- 06 72 31 12 48

Aux agendas, uneportouverte le 30 janvier à Eyguières, en prévision le 2 avril à Salon de provence, le 22 mai à Lambesc.

A suivre ...


site internet :  http://uneportouverte.blogspot.com

j'ai vu hier AVATAR

publié le dimanche 17 janvier 2010

incroyable

Tout le monde m'avait  largement commenté l'attrait de ce film pour ses effets spéciaux et la qualité des images.

Personne ne m'avait pourtant dit ...

Alors, j'y vais ...

Ce film a pour moi une valeur hautement spirituelle avec les messages qu'il véhicule : lien avec la nature, liens entre les hommes, vrai humanité, vortex énergétique, arbres sacrés et j'en passe ...

J'en ressort confiante et heureuse que cette oeuvre puisse toucher autant de personnes.

S'il faut passer par une forme originale, pourquoi pas ? n'est ce pas le signe d'une nouvelle ère ?

puissions nous retrouver le sens des mots et des actes

publié le dimanche 03 janvier 2010

2010 - année 3

J'ai lu aujourd'hui que 2010 était placée sous l'énergie de la communication.

Entre autre : 2010 c'est une piste d'envol pour nos projets, c'est l'occasion de débuter une activité qui nous a toujours plu, c'est l'année de reprise de contacts possibles entre ceux que la vie a séparés; l'énergie 2010 peut aussi aider à aller plus facilement à la rencontre des autres...

Pour ma part, j'attache une grande importance à ce passage vers une nouvelle année et espère que toutes ces pensées positives envoyées les uns vers les autres ré-activent la QUALITE de nos communications.

Et si les rituels avaient un sens ?

source : la numérologie créative- Colette Le Floch

à chaque changement de saison, un livre à lire pour un art de vivre

publié le lundi 23 novembre 2009

"assaisonnez votre esprit"

Qu'il est agréable à chaque changement de saisons, de lire les conseils figurant dans cet ouvrage... on y trouve la tonalité de chaque saison, ses couleurs, sa musique , son ambiance et ramené à nous, des clés pour s'harmoniser, organes par organes, nourriture, mouvements, rythme ...

Cela me rappelle que j'ai rencontré il y a quelques temps, un coach américain, Sam Magill, qui a fait un parallèle passionant entre coaching et cycle des saisons.

Voici pour l'hiver approchant les qualités qu'il cite " silence, écoute, courage, clarté, tranquillité, sagesse profonde" et les thèmes propices à travailler en coaching " prise de risque, plonger dans l'inconnu, aider à écouter, rechercher des questions profondes, avoir le sang froid, créer le repos"

Si vous êtes en curiosité des autres saisons, écrivez moi sur mon mail, je vous communiquerai les éléments en correspondance.

source : Isabelle Laading, " les cinq saisons de l'énergie"

voici une histoire que j'ai reçue de la part d'une amie formatrice

publié le lundi 09 novembre 2009

je la trouve d'actualité, pas vous ?

Il a commencé très jeune à jouer à la guerre avec les garçons et les filles de son âge. Il tombait à terre au son dʼun bang bang lancé par lʼindex dʼun ennemi imaginaire, construisait des forteresses de glace ou de carton pour être assiégé des journées entières avec de bonnes provisions. Le jeu sʼarrêtait à lʼheure du souper, il rentrait sale et fatigué mais dans son coeur, la graine du Guerrier de Bois venait de germer.

Et puis un jour, ce fut la vraie guerre. Pas une offensive au bout du monde que la TV diffuse en couleur pour quʼon comprenne mieux l'ʼhorreur. Non, un conflit très proche, une crise familiale, une bataille au milieu des adultes, qui touche directement son âme et fait si mal que plus jamais il ne voudra se battre. Il devient un spécialiste de la diplomatie, un génie de la résolution des conflits et surtout, il achète la paix, quelque soit le prix. On lui décerne un diplôme de Guerrier de Cuivre, qui excelle dans la communication et la stratégie. Le jour, il bâtit son confort autour de lʼharmonie et sʼendort dans les bras dʼune femme protectrice ou dʼune société mère cantile.La nuit, il rêve dʼarmes au nid, mais refuse au lever du jour de prendre le glaive posé à côté de lui. Surtout ne pas intervenir, pas de joutes verbales comme le faisaient autrefois philosophes et moines pour aguerrir leur esprit. Surtout pas de confrontation, ça fait bien trop mal. Son Guerrier de Bois est mort il y a si longtemps quʼil ne se souvient pas que lʼon peut se tenir fort et droit.

Quand une polémique devient inévitable, le Guerrier de Cuivre sʼassocie aux autres pour parlementer. Il aime sentir la protection de la communauté, même si il perd ses idéaux dans la foule de la majorité. Il connait tout ce qui renforce son système imunitaire,pilules,vaccins et poudres de perlimpinpin pour se parer de lʼadversaire. Cʼest un champion de la prévention, qui dépiste le mal avant quʼil nʼapparaisse et il fait tout pour éviter de manifester de la détresse.Mais comme il refuse de prendre l'épée, il nʼarrive jamais à couper cet espoir malsain quʼun jour enfin, quelquʼun viendra pour le sauver.Le guerrier de Cuivre peut rester ainsi toute sa vie mais il arrive quʼil se réveille un matin avec une épine dans le coeur. Toute la fureur retenue pendant ces années de paix forcée coule sur lui une armure lourde et effrayante. Le voilà devenu Guerrier de Fer, prêt à écraser tout ce qui ne fait pas son affaire et si sa peine nʼest pas entendue, il part en missionnaire à lʼautre bout de la terre.Le voilà justicier des temps modernes, brandissant lʼétendard de la vérité et ce nʼest pas quelques taches de sang échappées dʼun génocide ou dʼun attentat qui le feront sʼarrêter. Il finit en général, adulé comme martyr, héros dʼune guerre stupide ou oublié dans les geôles de ceux qui nʼavaient pas les mêmes idées que lui.

Le Guerrier de Fer a un jumeau, le Guerrier dʼOr qui brille par son verbe mais dont la parole est parfois aussi tranchante que le sabre dʼun combattant. Il ne porte pas dʼarmure métallique mais une carapace dʼarrogance à défaut dʼavoir de la puissance. Il est moins effrayant que le Guerrier de Fer, car son panache flamboyant le fait paraitre plus grand. Le Guerrier dʼOr a lui aussi été décapité pendant lʼenfance, un jour banal où le destin a planté dans son coeur de Guerrier de Bois, une lame froide et brûlante à la fois. Cʼest ce jour là quʼil a décidé quʼil nʼaurait jamais tort et que les autres seraient toujours dʼaccord.

Tous ces guerriers là ne se rencontrent jamais. Ils sʼévitent même. Abrités derrière leurs habits militaires, leurs tenues de rebelles ou fiers dʼarborer leurs médaillons peace and love, ils se croisent tout au plus quand la planète va mal et crie à lʼaide; mais chacun continue sa route en évitant de se confronter.

Pourtant non loin de là, a lieu régulièrement une rencontre annuelle des Guerriers Intérieurs. Ceux qui viennent de finir leur formation sont célébrés à cette occasion. Leur initiation a duré plusieurs mois, voire des années pour certains. En général, tous ont les tempes grises et les rides affables de la cinquantaine. Ce quʼils font durant cette période de retrouvailles reste secret car le chemin est individuel mais de source sûre, on raconte que cʼest un passage étroit dans les collines de la psyché, avec parfois des cages à ouvrir, des êtres hideux à aimer et des batailles à gagner. Ils apprennent à trembler et à pleurer et puis surtout, cela est bien connu, les futurs Guerriers Intérieurs doivent apprendre à danser. Cʼest une vieille tradition qui leur enseigne ainsi à poser leurs propres limites pour se respecter et ne pas agresser lʼautre. Gardiens de leur propre royaume, ils peuvent faire face et confronter avec dignité ce qui est étranger sans peur de se faire contaminer. Ils apprennent à parler un langage clair et franc, sans ambiguité et ils excellent dans lʼart du discernement. Et puis parce quʼil savent danser, les Guerriers Intérieurs ne se sentent pas offensés au moindre coup du destin. Ils aiment regarder la vie comme une grande fresque abstraite, quʼils admirent parfois en détail mais aussi en survolant la trame. ils peuvent ainsi embrasser la Beauté sans trop verser de larmes.

Le jour de la grande célébration, les Guerriers Intérieurs sont honorés pour leur courage et ils reçoivent au milieu des hymnes sylvestres, un casque de cuivre, un bouclier de fer, un bâton de bois et une médaille dʼor pour se rappeler tous les guerriers qui vivent en eux. Grâce à la sagesse retrouvée, ils savent désormais quand appeler le Guerrier de Cuivre pour négocier ou celui de Fer quand il faut être ferme. Ils apprécient la rigueur du Guerrier dʼor qui nʼest pas rigide et ils réapprennent à ruser pour ne pas tout compliquer avec le jeune guerrier de Bois.

Alors dans le crépuscule ocre de cette journée spéciale a lieu lʼapothéose du cérémonial : les Guerriers Intérieurs reçoivent des mains dʼune Femme, lʼÉpée de Lumière quʼils gardent collée au corps, dans un fourreau de velours. Mais ne vous fiez pas à la douceur du tissu; ce Guerrier là nʼhésite pas à couper les liens malsains, les liaisons fatales pour que vous partiez un jour faire face aux tensions du monde et y rencontrer, pourquoi pas, le Roi ou la Reine de votre royaume.

source : texte d'Isabelle BURNIER octobre 2009 inspiré du livre de Robert BLY

A propos de chaise...Mona Lisa inspire les artistes

publié le lundi 28 septembre 2009

nouvelle création du designer Kwang Ho Lee

Un design original pour une chaise de Coach !

Au fait comment est-on assis lors d'un coaching ?

Il suffit de retourner l'une des deux chaises de manière à ce que le coach et son client soient assis côte à côte, ni devant, ni derrière ...et pour ceux qui ne voudraient pas s'assoir sur Mona Lisa par respect,, la chaise a été conçue pour s'accrocher au mur et se transformer en tableau !


site internet :  http://www.designboom.com

un roman qui coule de source

publié le jeudi 17 septembre 2009

Cet été, au hasard, dans un magasin de presse à l'aéroport, je me laisse attirer par un roman, couverture verdoyante zen, papier bien blanc, genre facile à lire...

L'homme qui voulait être heureux, de Laurent Gounelle

Alors laissez-moi vous vanter son intérêt car c'est le genre de bouquin rare et comme je les aime où se mêlent plaisir, voyage, simplicité et profondeur ;

Bref un livre de démarrage sur le chemin du développement personnel.

C'est donc à Bali que vous apprendrez de manière très pédagogique l'impact de nos croyances, décortiquées en ligne avec la PNL.

Vous pourrez aussi amorcer une réflexion sur le job de vos rêves.

Vous serez sensibilisé au questionnement en mode coaching, vous découvrirez comment vous libérer de ce qui vous empêche d'être vraiment heureux,...
et bien d'autres surprises !!!!